Rechercher dans ce blog

mardi 20 octobre 2015

En Angola, la grève de la faim d’un rappeur accusé d’avoir fomenté un coup d’Etat


Luaty Beirao, 33 ans, est une figure du rap angolais et un militant des droits de l’homme. Arrêté le 20 juin dernier avec 14 jeunes opposants accusés de rébellion et d’attentat contre le chef de l’Etat, il poursuit une grève de la faim depuis 23 jours. Sa famille le dit déterminé, mais s’inquiète pour son état de santé.
La femme de Luaty Beirao le décrit comme lucide, mais dans un état de grande faiblesse. Il n’est plus en mesure de boire et a dû être mis sous perfusion. Monica Almeida demande sa libération immédiate : « J’ai peur parce qu’on assiste clairement à un bras de fer. C’est un jeu pour voir qui est le plus fort. Les autorités doivent assumer leurs actes et respecter ce qui est écrit dans la Constitution, c'est-à-dire le relâcher et le mettre en liberté conditionnelle pour qu’il attende le jugement à la maison. »
Si le jeune militant refuse de s’alimenter, c’est pour protester contre sa détention préventive qui, depuis 23 jours, a dépassé la durée maximale autorisée par la loi. Un mouvement de solidarité, soutenu par Amnesty International, a organisé une veillée avant-hier à Luanda. Une centaine de personnes qui se sont dispersées d’elles-mêmes face à un impressionnant dispositif policier relate un député de l’UNITA, le principal parti d’opposition, présent sur les lieux.
Source: RFI - les voix du monde

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire