Rechercher dans ce blog

jeudi 29 juin 2017

Dix ans après l’iPhone, les smartphones peuvent-ils encore progresser ?

L’iPhone fête ses dix ans ce jeudi. Récit de l’aventure du smartphone, depuis le bouillonnement créatif du Nokia des années 1990 jusqu’à l’arrivée des frères ennemis, iPhone et Android.

Remontons les aiguilles du temps d’une dizaine d’années. En 2007, les mobiles envahissent notre quotidien, trois Français sur quatre en sont équipés. Ces mobiles ne ressemblent guère à l’iPhone. Dans les mains des passants, on distingue quelques rares smartphones, qui n’attirent à l’époque qu’une poignée de passionnés :

Depuis les années 1990, les fabricants s’échinent déjà à glisser un mini-ordinateur dans nos mobiles. IBM lance les expérimentations en 1992 avec le Simon. Certaines tentatives restent célèbres, comme le très futuriste Nokia Communicator, qui fait rêver les technophiles à sa sortie en 1996 :

A l’horizon 2020

En forçant le trait, on pourrait soutenir qu’aucune innovation majeure n’a été introduite depuis 7 ans – depuis l’iPhone 4. Mais l’histoire du smartphone ne s’arrête pas en 2010. Les investissements récents d’Apple et Google tournent surtout autour de l’intelligence artificielle, progressivement intégrée dans leurs logiciels, où elle sert par exemple à classer automatiquement les photos.
Un système qui recharge les smartphones à plusieurs mètres de distance.
Des écrans pliables qui occupent moins de place en poche


LIRE L'INTÉGRALITÉ DE L'ARTICLE

lundi 1 mai 2017

Présidentielle : à six jours du second tour, manifestations et meetings ont ponctué le 1er-Mai


Le 1er-Mai revêtait un caractère bien particulier cette année, six jours avant le second tour de l’élection présidentielle. En rendant, comme tous les ans, hommage à Jeanne d’Arc, Jean-Marie Le Pen a apporté son soutien à sa fille, qualifiée de « fille de France ». Celle-ci a tenu un meeting en milieu de journée à Villepinte, Emmanuel Macron, son adversaire du second tour, mobilisant, pour sa part, ses partisans en fin d’après-midi à la Villette. Parallèlement, les syndicats ont mobilisé entre 142 000 personnes (selon la police) et 280 000 personnes (selon la CGT) dans les rues de Paris et de province avec, la plupart du temps, des messages d’appel à lutter contre le Front national. Revivez cette journée du 1er-Mai en images.

dimanche 23 avril 2017

La France aux urnes pour le premier tour de la présidentielle 2017

Resultado de imagem para la france aux urnes

Après une campagne insensée du début jusqu’à la fin, pleine de surprises, de rebondissements et d’intox diverses et variées, les quelque 47 millions de Français inscrits sur les listes électorales se rendent aux urnes, dimanche 23 avril, pour le premier tour de l’élection présidentielle (ceux de l’outre-mer ont commencé dès hier).

Plus de 50 000 policiers et gendarmes, appuyés par 7 000 militaires de l’opération Sentinelle, sont mobilisés, trois jours après l’attentat ayant coûté la vie à un policier sur les Champs-Elysées. C’est la première fois qu’une présidentielle se déroule sous état d’urgence, en vigueur depuis les attentats du 13 novembre 2015.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017

dimanche 19 mars 2017

Les candidats à la présidentielle retrouvent les bancs de l’école


Présidentielle : candidats au tableau (dimanche... por CNEWS

Après « Punchline », l’émission de Laurence Ferrari lancée en septembre, C8 confirme son ambition de parler de politique à un public familial, quitte à réduire parfois celle-ci à un simple divertissement. Comme c’est le cas avec « Candidats au tableau ! », animée par Mélissa Theuriau et Caroline Delage.

Le concept est simple : des hommes politiques sont invités dans une classe afin de répondre aux questions d’une quinzaine d’enfants de 8 à 12 ans. Diffusée avec succès en Belgique sur la RTBF, l’adaptation française reprend les mêmes codes. A ceci près, actualité oblige, que l’émission se concentre sur les principaux candidats à l’élection présidentielle. Parmi, eux, seule Marine Le Pen a décliné l’invitation de la chaîne.
Même si l’idée n’est guère originale, on trouve assez rafraîchissantes les séquences où les candidats tentent d’expliquer avec pédagogie les principales idées de leur programme à ce jeune public. Tels Benoît Hamon sur l’utilité du revenu universel, Emmanuel Macron sur les différences entre la droite et la gauche, Jean-Luc Mélenchon et la nécessité d’instaurer une VIRépublique ou encore François Fillon, qui s’attache à convaincre les élèves de l’utilité du port de l’uniforme à l’école.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr