Rechercher dans ce blog

vendredi 28 octobre 2016

Le Parlement européen rappelle le calvaire des yézidis d’Irak

Lamia Aji Bachar et Nadia Mourad, qui ont fui l’esclavage sexuel où les avaient réduites leurs tortionnaires de l’EI, ont obtenu le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit.
Nadia Mourad à Washington, le 21 juin.

En pleine bataille de Mossoul, le Parlement européen a décidé de décerner jeudi 27 octobre le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit à deux victimes emblématique des exactions de l’organisation Etat islamique (EI) : Nadia Mourad et Lamiya Haji Bachar, appartenant à la minorité religieuse yézidie en Irak, sont des survivantes de l’esclavage sexuel systématique imposé aux femmes de leur communauté par le mouvement djihadiste.

Le 3 août 2014, le mont Sinjar et ses 400 000 habitants, majoritairement yézidis, sont attaqués par l’EI, qui s’est emparé au mois de juin de Mossoul, à une centaine de kilomètres à l’est. Les forces de sécurité kurdes irakiennes censées protéger la région et ses habitants prennent la fuite, livrant la population à elle-même.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire